Ils sont partout !!


Avis aux pauvres z’hétéros qui se plaignent qu’aujourd’hui, on parle constamment des homo et/ou qu’on en met partout dans les séries TV (dernier exemple en date, ça hurle parce qu’il y a un couple gay dans The Walking Dead, si j’ai bien compris) :

Oui, il y a des homo partout !!
chat01

Mais moi je parle de la vraie vie. Celle de votre quotidien.
Autour de vous, les homo sont partout. Votre boucher, votre facteur, votre voisine, votre collègue, la vendeuse de la galerie commerciale, votre coach de sport, la professeur d’histoire/géo de votre gamin… Les homo sont partout.
Il serait peut-être temps de vous en rendre compte !
Non, nous n’habitons pas sur une autre planète, non, nous ne sommes pas une poignée enfermée dans le Marais. Oui, nous sommes partout et ça n’a rien de nouveau.
Vous avez simplement toujours supposé que nous étions hétéro. Persuadés que si vous en croisiez un/une, vous le sauriez tout de suite. Alors que même nous, on galère comme pas possible pour deviner si la petite mignonne d’en face ou le beau gosse d’à côté flirte vraiment ou si on se fait des films.
Englués dans vos préjugés, aveuglés par votre hétérocentrisme, vous avez toujours pré-supposé que toute personne que vous alliez croiser était forcément hétéro, sans que jamais la possibilité d’autre chose ne vous effleure une seconde.
Et là, maintenant qu’on commence à se faire un peu plus entendre, après des siècles de placard insonorisé, vous découvrez avec horreur… qu’on existe et qu’on demande juste le droit d’être représentés. Comme toute minorité (elles connaissent toutes le même souci d’ailleurs niveau visibilité). Et apparemment ça vous est insupportable.
Voir un mec se faire arracher la bidoche par un cadavre ambulant, des têtes se faire exploser, du sang gicler, ça ne pose aucun souci, “ha ha, même mes enfants regardent”… Mais bon sang voir deux mecs se galocher, quelle abomination, cachez ça, protégez les enfants !!
OK.
Il n’y a rien qui vous gêne, là ?
Pas un petit truc qui gratouille, une impression un peu désagréable de quelque chose pas très logique, comme un gros foutage de gueule ? Non ? Vraiment ?

Les homo sont partout. Nous sommes partout. Nous sommes plusieurs centaines de milliers en France. C’est un fait. Que vous ne l’ayez pas remarqué jusque-là veut juste dire que vous étiez aveugles, pas qu’on apparaît par génération spontanée.
Nous sommes légitimes. Nous ne revendiquons rien de plus que le droit de vivre pleinement et d’être acceptés comme nous sommes, comme vous. Dans notre diversité. De vie, de points de vue, de principes, d’expériences. De pratiques, même. Parce que nous causer sodomie dès qu’on parle d’homo, ça devient un peu lourd, hein. Nos vies ne se résument pas à ça (tous les gays sont loin de pratiquer ça, beaucoup ne sont pas fans d’ailleurs, de plus cette pratique est loin d’être réservée aux couples d’hommes puisque beaucoup de couples hétéro s’y adonnent… et puis quand on parle d’homo, on ne parle pas que des gays, hein !).
Homo, bi, pan, queer, trans… Vous nous mettez un peu tous dans le même sac, le sac “pas comme vous” même si nous ne formons évidemment pas un tout homogène, bien loin de là, au delà du fait qu’un homme homo, un individu non-binaire ou une femme trans, ça n’a juste rien à voir. Mais comme toute minorité, on a droit à nos généralités absurdes, seuls les hétéro cisgenres ayant semble-t-il droit à leur individualité.
Nous voulons juste ne plus être invisibilisés, niés, planqués comme un truc honteux, un secret de famille foireux. Nous voulons être représentés, exister médiatiquement, avoir droit nous aussi à nos histoires, nos modèles, nos idoles. Pas par communautarisme, juste pour vivre notre droit d’exister, pleinement, à la lumière, sans honte, sans peur. Parce qu’il n’y a aucune honte à avoir, malgré les insupportables saloperies que certains d’entre vous n’hésitent jamais à nous balancer à la gueule sous prétexte de liberté d’expression. Et les plus jeunes d’entre nous doivent savoir qu’ils ne sont pas seuls, qu’ils ont un avenir possible et que leur ressenti est aussi légitime que celui de leurs petits camarades hétéro.

Pas besoin de vous pousser pour nous faire une place. Nous sommes déjà là, depuis toujours. Que vous en ayez été conscients ou pas ne change rien. Jouez vos choqués ou vos outrés si ça vous amuse mais ne vous étonnez pas si on le prend mal, c’est insultant.
Certains d’entre vous ont d’ailleurs une conception bien curieuse de l’homophobie (“j’ai un problème avec les homo mais je suis pas homophobe”, “je ne suis pas homophobe, j’ai plein d’amis homo que j’accueille en duo chez moi”… traiter un couple de duo ou de paire, ce n’est pas du tout dégradant, bien sûr !)
Nous sommes là et nous vous demandons juste de vous faire à cette idée. Rien de plus.

Et si vraiment vous n’arrivez pas à vous y faire… on ne disparaîtra pas pour autant. On ne vous demande pas l’autorisation d’exister ou de valider nos vies !
Tant pis pour vous !

stitch01

Publicités

8 réflexions sur “Ils sont partout !!

  1. Je ne comprends pas qu’on s’offusque de voir des homos ni qu’on ait assez d’arrogance pour croire que notre avis vaut quelque chose.
    Je n’ai pas grandi dans un environnement particulièrement homophile, si ça veut dire quelque chose, et pourtant, je suis furieuse quand je lis un tel ramassis de conneries.
    Et comment expliquer cette ségrégation ? Reste-t-il vraiment un fond religieux ?

    J'aime

    • La religion est une excuse bien pratique pour se déresponsabiliser de sa haine « C’est pas moi, c’est la Bible ! ». On est surtout là face à des gens qui se sentent ridiculement menacés par ce qu’ils ne connaissent pas (et ne veulent surtout pas connaître) qui risquerait de bouleverser leurs certitudes dépassées et surtout l’ordre établi, avec ses rôles genrés limités à l’extrême. Penser par soi-même, faire ses propres choix, les assumer pleinement… Trop flippant pour eux !!

      J'aime

      • Surtout que la Bible ne dit pas ce qu’on lui fait dire, quand on lit les textes à la source (n’oublions pas que les paroles de Jésus sont écrites en araméen, à la base. Qui traduit ? Quoi ? Comment ? Et de quelle langue en quelle langue ?). Il y a eu beaucoup d’étude à ce sujet… Mais bon… Peut-être qu’un jour, on aura l’occasion de parler de tout ça de vive-voix ?
        Bon courage dans ta nouvelle « aventure web » en tout cas ^^

        J'aime

      • SHKareshi : Comme tout texte traduit, on peut faire dire ce qu’on veut, sans compter l’interprétation qui peut en plus ensuite en être faite… Qui plus est, les interdits d’une époque sont liés au contexte de l’époque en question. Et le contexte d’il y a plus de 2000 ans, les différents chapitres de la Bible ayant été écrits sur plusieurs décennies par diverses personnes, n’a juste pas grand-chose à voir avec aujourd’hui. La preuve, bon nombre des interdits du Lévitique nous semblent totalement absurdes aujourd’hui (interdiction de manger un produit de la mer qui n’ait pas d’écailles, adieu les fruits de mer, ne pas porter deux étoffes de matières différentes, etc.) et même Christine B. ne les suit sans doute pas mais à côté de ça, la petite phrase sur les homo (qui ne veut rien dire en plus et ne concerne que les hommes), là celle-là, importance capitale, faut la suivre absolument !! Hypocrisie et calculs politiques…
        Merci pour les encouragements 🙂

        J'aime

      • Ah, je suis bien d’accord hein. Mais j’aime bien comprendre, ce qui ne veut pas dire que je cautionne.
        À mes yeux, cette haine ne s’explique pas, donc je me demande si l’ultime explication ne serait pas la fameuse religion. Mais quand on écoute les réactions d’homophobes, c’est juste des « ça ne se fait pas » ou « c’est contre-nature », mais quelle nature s’il n’y a pas de dieu ? Et pourtant, ces mêmes personnes n’invoquent pas la Bible à tout bout de champ.

        Et y a-t-il quelque chose à connaître, à savoir ? Je ne cherche pas à tout connaître, personnellement, ça me va très bien comme ça.

        J’ai parlé de religion car tu as parlé de sodomie. C’est une pratique qui — si j’ai bien compris — est condamnée dans le christianisme. Et justement, chez des gens qui n’ont pas été en contact avec la religion chrétienne, elle peut être vue de manière neutre (oui bon, je parle de moi). En Chine, par exemple, on peut dire ce que l’on veut sur les droits de l’HAUME, j’ai l’impression que les réactions anti sont moins violentes. Non pas que les personnes homosexuelles y soient particulièrement bien, mais quand je suis tombée sur un documentaire où une personne transgenre vivant dans la rase campagne était tout à fait bien acceptée par sa famille, je me dis que la différence culturelle (et donc religieuse) y est peut-être pour quelque chose.

        Je suis un peu dans un monde de bisounours. Je me dis souvent que je ne suis pas la personne la plus tolérante au monde et pourtant, même moi je ne suis pas homophobe (me semble-t-il), alors pourquoi et comment en est-on arrivés là ?

        Aimé par 1 personne

      • Derrière l’homophobie, il y a du sexisme. Deux hommes ou deux femmes ensemble remettent forcément en cause notre système binaire ultra-genré qui veut que chaque sexe/genre ait son rôle, sa place, ses attributs, etc. Il n’y a qu’à voir les réactions des anti-mariages pour tous à leur pseudo théorie du genre : ils sont terrorisés à l’idée qu’on remette en cause des codes qui leur semblent fondamentaux et inébranlables, bases de leur vision de la société (alors qu’ils n’ont cessé de changer et d’évoluer au fil ds siècles mais ces gens-là n’ont aucune mémoire). Qui plus est, ils fantasment beaucoup sur quelque chose dont ils ne savent rien. Je crois qu’ils s’imaginent beaucoup de choses sur les homo totalement insensées, pour réussir à légitimer leur rejet.

        J'aime

  2. Ces derniers temps, surtout depuis les récents attentats, on parle beaucoup de « vivre ensemble ». C’est devenu le terme à la mode. Un truc un peu fourre-tout que chacun accomode à sa propre sauce et auquel il fait dire un peu ce qu’il veut.
    Les « minorites », quelles qu’elles soient, sont particulièrement concernées par ce « vivre ensemble » qu’il nous appartient à tous d’instaurer.
    Mais comment ?
    Pour moi, la première chose à développer, et ce depuis le plus jeune âge, c’est la capacité de se mettre dans la position de l’autre.
    Evidemment pas nécessairement pour faire sien ses comportements, ses croyances, ses préférences sexuelles,… mais plutôt pour tenter d’envisager le monde depuis sa position à lui et plus uniquement de la nôtre. Cela me parait d’autant plus important quand on se trouve dans la position « confortable » qui correspond à la norme. Cela ne va pas de soi, évidemment. Quoi de plus facile que de rester dans le confort de comportements qui sont validés par la société sans se soucier de ce que peuvent vivre ceux qui n’ont pas l’heur de correspondre au moule, sans jamais rien remettre en cause.
    Cette capacité de se mettre dans la position de l’autre, qui me semble s’estomper de plus en plus dans nos sociétés hyper-individualistes, elle peut être cultivée par tous. C’est un travail quotidien sur soi-même, contre ses préjugés (faut pas le nier, on en a tous), contre la facilité, contre la paresse intellectuelle.
    Mais c’est un travail salutaire. Pour soi bien sûr, mais aussi et surtout pour permettre à chacun de trouver sa place dans la société.
    Dans ce travail, que plein de choses du quotidien tendent à me faire oublier, tes billets me sont précieux. Ils sont non seulement instructifs mais surtout ils agissent comme un rappel insistant et nécessaire me signifiant que le conformisme intellectuel (le mien en premier) est toujours la voie la plus facile mais qu’inlassablement, il faut lui barrer le chemin si l’on veut permettre qu’un jour ce « vivre ensemble » dont on entend vanter partout les qualités soit partagé par tous.

    Et bon PACSanniversaire un peu en retard !

    J'aime

    • Merci !
      Tout à fait d’accord. J’essaie également de faire ce travail de tenter de voir les choses avec d’autres yeux que les miens. Ce n’est évidemment pas forcément très agréable car cela va remettre en question beaucoup de nos prétendues certitudes en fait nées de nos préjugés.
      C’est Twitter pour ma part qui me sert régulièrement à découvrir des angles différents sur certains sujets et à me rendre compte qu’en creusant un peu plus sur certains points de facilité, l’interprétation de certaines choses peut être totalement différente. On est tellement bombardés d’info constamment qu’il est évidemment plus facile pour notre cerveau de rester assez binaire pour pouvoir tout traiter. Mais ça peut être tellement dangereux…
      Et puis on n’est jamais à l’abri de se planter, même avec de bonnes intentions. Le tout est de parvenir à s’en rendre compte et l’accepter.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s