Et la fierté !!


Comme chaque année, pendant et après la saison des Marches des fiertés, on a droit à l’hétéro-ouinouin. Exemples :
« Oh mais sont chiants ces homo, on voit qu’eux ! »
« Ils veulent être considérés comme tout le monde mais arrêtent pas de vouloir se montrer ! »
« Est-ce qu’on a un hétéro-pride, nous, je vous le demande ! »
« Mais fierté de quoi ? »
« Ils ont déjà eu le mariage pour tous, pourquoi ils s’exhibent encore comme ça ? »
Etc.
Tout ça sans une ONCE d’homophobie, évidemment. Parce que ces gens ne supportent pas qu’on ose les désigner comme homophobes. Tant qu’ils ne vont pas physiquement casser la gueule d’homo, pour eux il n’y a pas d’homophobie ! Après tout, ils acceptent qu’on existe… du moment qu’on reste discrets et qu’on ne fait pas de vague.
Trop sympa, les gars.
fiertes01Ils ne parviennent pas à comprendre pourquoi un LGBT serait fier et pas un hétéro. Ils ne veulent pas entendre que ce n’est pas précisément notre orientation sexuelle (ou identité dans le cas des trans) qui nous rend fiers mais ce que ça implique. Les notions d’oppression, de domination leur sont totalement étrangères. Et surtout… ils ne supportent pas l’idée qu’on puisse parfois braquer les projecteurs sur d’autres qu’eux !!

Je n’ai jamais participé à une Marche des fiertés. D’une part parce qu’il n’y en a pas d’organisée dans ma ville, ni même dans le département, je crois. D’autre part parce que l’idée de me retrouver en pleine chaleur au milieu d’une foule bruyante est assez proche de mon idée de l’enfer. Mais le concept de base ne me déplaît pas. Ce jour-là, les gens marchent POUR quelque chose, un idéal positif, une libération, un événement en partie festif, en partie revendicatif et politique. C’est ouvert à tous, il n’y a aucune obligation, aucun jugement (dans l’idéal, reconnaissons-le, en réalité, il y a toujours un petit risque d’inimitié entre certain.e.s).
Ainsi, une Marche des fiertés ne signifie aucunement que les hétérosexuel.le.s seraient inférieur.e.s. Vous croyez que dans la Straight Pride de Poutine ou celle de nos braves amis « pas-homophobes-mais-les-PD-quand-même… », il n’y aurait AUCUN jugement ? Que l’hétérosexualité ne serait pas montrée comme LA SEULE et UNIQUE orientation acceptable ? Que ce serait positif et pas uniquement CONTRE les LGBT ? (Si vous avez répondu « oui » à au moins une de ces questions purement rhétoriques, on va avoir un souci…). Il suffit de voir La manip pour tous pour le savoir…

La Marche des fiertés, ce n’est pas pour revendiquer « notre sexualité » comme me l’a répété un twittos particulièrement gratiné (avec pour preuve selon lui, la photo de deux mecs habillés de quelques bandes de cuir… comme si ce genre de tenue ne pouvait être portée QUE par des homo et QUE pendant une Marche des fiertés…). Je n’ai pas réussi à comprendre en quoi cela concernait « notre sexualité », comme si cela était un objet homogène, uniforme, commun à tous les LGBT. Eh oui apparemment pour certains, des mecs qui dansent sur des chars dans des tenues disons légères, c’est une revendication de leur sexualité (et comme d’habitude, on réduit l’homosexualité uniquement au cul).
N’oublions pas qu’à la base, les premières pride sont nées suite aux émeutes de Stonewall en 1969 à New York, où trans, travestis et homo ont subi une énième descente de flics particulièrement violente, provoquant une onde de choc poussant à se montrer ouvertement, de la manière la plus voyante possible pour mieux résister, pour mieux répondre aux injonctions de l’époque à rester cachés et à subir humiliations, brutalités et arrestations abusives sans répliquer.

La Marche des fiertés est là pour montrer la fierté de vivre et d’exister malgré ce que la société peut penser de nous. Malgré les risques, les injures, les coups. Le rejet, le mépris. La négation de nos amours, de l’existence de nos couples. C’est dire « Je suis là, j’existe, et si ça vous pose un problème, c’est VOTRE problème, pas le mien ». C’est exprimer son envie de vivre et d’être heureux/se malgré les menaces, les regards moralisateurs, les agressions verbales ou physiques. C’est briser la loi du silence que ces braves non-homophobes « mais vous pourriez rester cachés quand même ! » voudraient nous imposer comme règle pour être un bon LGBT à leurs yeux, des LGBT qui ne dérangent pas, ne remettent rien en cause, acceptent d’être invisibles et donc inexistants, laissant le système briser certains d’entre nous.
La Marche des fiertés, pour certain.e.s, beaucoup même sans doute, c’est peut-être la seule et unique occasion dans l’année d’être eux/elles-même, de ne plus avoir la peur au-dessus de la tronche en permanence, de pouvoir se montrer sans risquer de se faire traiter de « sale PD », « de sales brouteuses » ou de « pervers » et autres « monstres ». Le seul jour où ils/elles savent que si quelqu’un ose dire « les PD au bûcher », il y AURA une répartie. Le seul jour où on peut se sentir fort.e, puissant.e, soutenu.e.
La fierté c’est ce qui peut sauver une vie. Ou plusieurs. Celle de gens qui peuvent se ressourcer grâce à cet élan. Celle de gamins qui se découvrent LGBT avec la sensation d’être seul.e.s au monde et que leur vie est foutue. Oui, des mômes se suicident encore aujourd’hui à cause de ça. Même si certain.e.s osent mettre ce fait en doute… D’autres se font foutre à la porte de chez eux, renier par leur famille. D’autres encore ont droit à des remarques constantes, à des jugements obsessionnels, voire à une visite chez le psy (si ce n’est un exorcisme…). Tous/tes rament pour trouver des modèles, des icônes à s’approprier pour grandir sereinement, dans un monde hétérocentré qui nous a longtemps invisibilisés. Devrait-on trouver cela acceptable ?

C’est tellement facile pour un hétéro de n’avoir aucune conscience de ça. L’autre jour, quand je disais à une jeunette que j’avais peur dans la rue de tenir la main de mon amie, elle m’a sorti « Mais vous vous en foutez du regard des autres » (oui, la pression sociale n’existe pas…). Quand je lui ai répondu que l’injure, la menace, le risque d’agression, ce n’était pas vraiment anodin, elle m’a dit « Ben une bombe lacrymo et voilà ». Le monde est si simple pour certain.e.s ! Oui ben tiens, sortir et se balader avec le risque CONSTANT de se faire emmerder, agresser, harceler, ça ne pose aucun souci. Déjà, en tant que femme, c’est un risque assez classique, mais si on rajoute ça…
Bien sûr, la plupart du temps il n’y aura peut-être rien. Personne ne fera gaffe, ne dira rien. Mais il suffit d’UNE fois, d’UNE personne pour briser quelque chose. On ne peut pas obliger quelqu’un à accepter de subir ça alors qu’il n’est en aucun cas fautif de quoi que ce soit. Ce n’est pas acceptable. Cela doit changer.
Mais les choses n’évoluent pas toutes seules juste grâce au temps qui passe mais parce que des individus se sont battus pour que ça bouge. Le droit de vote des femmes en 1945 ou le mariage pour tous en 2013 ont été rendus possibles par l’action de militant.e.s sur le long terme.
Et c’est notamment par la visibilité qu’on pourra faire avancer les choses.

La visibilité. Ce truc haïssable selon certains qui ne supportent pas que les LGBT prennent un peu plus de place aujourd’hui dans les médias, dans le quotidien. Combien en vois-je pleurer régulièrement qu’il y a désormais un.e homo dans chaque film/série TV ? (En règle générale, vous leur demandez des exemples et au bout de deux vaillamment trouvés… ils rament. Parce qu’en réalité, on est encore très loin d’en voir tant que ça.) Genre « olàlà je ne suis pas homophobe mais on en voit partout aujourd’hui ! » (mais nous sommes partout, même si on se repère pas si facilement que ça, dois-je le répéter ?). L’homosexualité, ce truc intime qu’on devrait garder uniquement pour le privé là où l’orientation hétérosexuelle s’affiche PARTOUT ! CONSTAMMENT ! Dans la rue, dans les journaux, à la TV, dans les livres, à la machine à café, au supermarché…

Finalement, ce qui dérange dans ces Marches des fiertés, c’est que selon ces tristes sires, nous devrions plutôt vivre cachés, honteux, toujours planqués dans le joli placard qu’ils nous ont aménagé, rester ce vilain secret de famille à ne pas ébruiter pour que le mythe selon lequel les homo/bi/trans ont une vie de merde et sont horriblement malheureux du fait d’avoir dévié du droit chemin puisse perdurer.
Et c’est précisément pour ça que les Marches des fiertés sont nécessaires et indispensables. Parce qu’elles dérangent.
Pour qu’un jour, plus aucun gamin ne voudra en finir parce qu’il/elle aime son/sa meilleure ami.e, plus aucun.e employé.e ne risquera de se faire virer à cause de ça, plus personne n’aura peur de présenter son amoureux.se à sa famille, etc.

Et si ça vous pose un problème… démerdez-vous !

Publicités

2 réflexions sur “Et la fierté !!

  1. La manip pour tous
    😀

    Le paradoxe incompréhensible pour moi, ce sont les gens qui ont une sainte horreur qu’on les accuse d’homophobie (ou de racisme, c’est le même schéma) tout en proférant des propos injurieux. Soit ils ne sont vraiment pas haineux et devraient se rendent compte de l’imbécillité de leur propos, soit ils le sont et… l’assumeraient. Enfin, j’imagine que c’est une vision monolithique et qu’on est tous l’homophobe ou le raciste de quelqu’un d’autre.

    Ton anecdote avec la jeunette me donne de l’espoir (mais je suis bien consciente que je n’ai pas peur de donner la main à mon copain quand je sors), justement par rapport au post de Crêpe Georgette que tu as relayé l’autre jour. Si je n’imagine pas un couple homo sortir la lacrymo de sa poche à chaque fois que quelqu’un vient l’agresser, je suis tout de même rassurée d’apprendre qu’il y a des filles qui ne se disent pas qu’elles sont nées pour subir.
    Bien sûr, c’est un peu insultant pour ton amie et toi, je ne dis pas le contraire. Mais bon, il y a action et résistance, tout du moins dans les paroles.

    Et pour finir sur une note plus légère (?), j’ai toujours halluciné quand une star fait son coming-out et que ses fans hétéros s’exclament « oh non ! XXX n’est plus un cœur à prendre ! ». Personnellement, je ne vis pas dans un monde où Wentworth Miller ou Ellen Page me sont accessibles…

    J'aime

    • Mon anecdote avec la jeunette m’a effectivement aussi rassurée quelque part, parce qu’elle était consciente du sexisme et du harcèlement de rue et donc beaucoup plus capable de comprendre ce que je lui disais sur l’homophobie. Donc on a bien pu discuter (c’est rare alors ça fait plaisir).

      Les homophobes, les racistes trouvent nettement plus grave qu’on les traite d’homophobes, de racistes que de l’être réellement. Quand on leur dit que ce qu’ils disent est de l’homophobie ou du racisme, ils répondent « mais non, je suis pas homophobe/raciste », genre il suffit de le dire pour que ce soit le cas. Un peu comme ceux qui te répondent « mais je peux pas être homophobe/raciste/sexiste, je suis de GAUCHE !! ». Réponse ultra-courante. Genre un mec se décrète de gauche et hop il peut traiter l’autre de toutes les injures les plus immondes, no problem. Et si tu oses répliquer, il pleure que tu bafoues sa liberté d’expression – ce qui est faux puisque tu ne l’empêches pas de parler, c’est lui qui refuse que tu parles -, qu’on ne peut plus rien dire, etc.
      Je rappelle tout de même à tout hasard que la manip pour tous s’est toujours proclamée anti-homophobie. Plein de gens qui veulent juste empêcher une partie de la population d’avoir les mêmes droits qu’eux mais oulàlà, non, c’est pas de la discrimination. L’agresseur qui choisit ce qui est une agression ou pas. Dans vos rêves…

      C’est pas compliqué, ces personnes refusent d’assumer leur haine, ça les obligerait à se poser des questions. La haine « c’est mal » mais eux ce sont des gens bien donc ils ne peuvent pas être haineux. Alors forcément, c’est de la faute des autres. J’en ai déjà lu qui disaient sérieusement « y aurait pas d’homo, y aurait pas d’homophobie ». Ben oui, y aurait que des blancs, y aurait pas de racisme, hein. Genre c’est la faute de la victime si on l’a agressée, elle avait qu’à pas exister. Dans le genre excuse de bon gros lâche, ça se pose-là.

      Mais parlons sérieusement… Tu veux dire que je n’ai AUCUNE CHANCE avec Ellen Page ???
      Merde… 😀

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s